Home » Actualités » Vote au Parlement thaïlandais: Pita Limjaroenrat face à des revers

Vote au Parlement thaïlandais: Pita Limjaroenrat face à des revers

[ad_1]

La Thaïlande s’est rapprochée de l’impasse politique jeudi alors que les politiciens se sont réunis au Parlement pour voter pour le prochain Premier ministre sans vainqueur clair en vue.

Le candidat principal, Pita Limjaroenrat, un jeune progressiste charismatique, a subi un revers majeur à la veille du vote lorsque la Commission électorale thaïlandaise a demandé à la Cour constitutionnelle de le suspendre du Parlement.

M. Pita, qui a remporté une victoire politique majeure sur la junte militaire au pouvoir et ses alliés royalistes lors des élections générales de mai, fait l’objet d’une enquête pour avoir prétendument détenu des actions non déclarées dans une société de médias. Mercredi, la Cour a également déclaré qu’elle avait accepté une plainte contre M. Pita pour ses appels à modifier une loi qui pénalise sévèrement les critiques de la monarchie thaïlandaise.

Aucun des deux coups n’a empêché Move Forward, le parti de M. Pita, et d’autres membres de la coalition de le nommer au poste de Premier ministre jeudi matin. Mais les revers rendront d’autant plus difficile pour lui d’obtenir le soutien dont il a besoin pour devenir Premier ministre, ce qui soulève la perspective de nouvelles manifestations de rue pro-démocratie dans un pays qui semble en avoir assez du régime militaire.

La Thaïlande a une longue histoire de coups d’État militaires, et les partisans de M. Pita le considèrent en grande partie comme une victime d’un système politique dominé par l’armée qui, selon eux, tente de contrecarrer une fois de plus la volonté des électeurs thaïlandais.

La décision de la Commission électorale de recommander la suspension sera « utilisée comme un nouvel argument par les sénateurs pour ne pas voter pour Pita », a déclaré Wanwichit Boonprong, politologue à l’Université de Rangsit.

Pour devenir Premier ministre, M. Pita ou l’un de ses alliés aurait besoin de suffisamment de soutien dans la Chambre des représentants, qui compte 500 membres, pour surmonter l’opposition du Sénat de 250 membres soutenu par l’armée. Tout vote inférieur à 376 – une majorité simple des deux chambres – laisserait le processus dans l’impasse.

On s’attendait généralement à ce que M. Pita n’atteigne pas cet objectif jeudi. Un deuxième vote pour le Premier ministre aurait lieu le 19 juillet, et un troisième, si nécessaire, un jour plus tard.

La coalition progressiste de M. Pita pourrait ne pas être assez forte pour faire face à une défaite s’il est défait. Les membres de Pheu Thai, le deuxième plus grand parti de la coalition, devaient voter pour M. Pita, mais pourraient tenter de former une nouvelle coalition dirigée par l’un de ses propres candidats au poste de Premier ministre après jeudi.

Pheu Thai pourrait présenter Srettha Thavisin, un magnat de l’immobilier considéré comme un candidat plus acceptable pour l’establishment militaire thaïlandais, si M. Pita, 42 ans, échoue.

Le Premier ministre Prayuth Chan-ocha, le général qui a pris le pouvoir après avoir dirigé le dernier coup d’État militaire en Thaïlande, en 2014, a déclaré mardi qu’il se retirerait de la politique une fois qu’un nouveau gouvernement serait formé. Mais l’armée et ses alliés peuvent essayer de conserver le pouvoir par d’autres moyens.

« C’est très compliqué et il est très difficile de prédire » qui va gagner, a déclaré M. Wanwichit.

La Thaïlande est l’une des économies les plus grandes et les plus importantes d’Asie du Sud-Est, une région où plusieurs pays ont de nouveau glissé vers l’autocratie après des expériences de démocratie. Le pays était autrefois un allié stable des États-Unis, mais s’est rapproché de la Chine sous la junte actuelle.

M. Pita a déclaré mercredi aux journalistes qu’il estimait que la décision de la Commission électorale contre lui était injuste et n’aurait pas dû être prise si près du vote parlementaire. Les partisans de sa coalition devaient se rassembler devant le bâtiment du Parlement à Bangkok avant le vote officiel pour le Premier ministre jeudi soir.

Le vote, et les manifestations probables qui suivront, pourraient exacerber la colère latente contre la junte en Thaïlande, et peut-être déclencher un autre épisode de troubles civiques prolongés comme ceux qui ont accompagné les précédents coups d’État militaires dans le pays.

[ad_2]