Home » Actualités » Le président Raïssi s’adresse à l’Assemblée générale des Nations Unies au milieu des manifestations en Iran

Le président Raïssi s’adresse à l’Assemblée générale des Nations Unies au milieu des manifestations en Iran


Alors même que l’Iran menait une violente répression dans son pays qui, selon les groupes de défense des droits, avait tué sept personnes et en avait blessé des centaines d’autres, le président iranien Ebrahim Raisi a insisté sur le fait que son pays était un modèle de justice et de droits de l’homme alors qu’il s’adressait à l’Assemblée générale des Nations Unies mercredi.

Les remarques de M. Raïssi – dans un long discours qui mélangeait sermons religieux et rhétorique politique – ne faisaient aucune mention des manifestations antigouvernementales généralisées ou de la mort de la jeune femme qui les avait déclenchées. Il n’a pas non plus abordé les problèmes de santé entourant le guide suprême du pays, l’ayatollah Ali Khamenei, 83 ans, qui aurait été gravement malade.

Au lieu de cela, lors de sa première apparition à l’ONU, M. Raïssi a utilisé la scène pour critiquer les États-Unis et d’autres pays occidentaux qui ont maintenu les sanctions contre l’Iran.

« Nous sommes les défenseurs d’une lutte contre l’injustice », a déclaré M. Raïssi, accusé de crimes contre l’humanité par Amnesty International et Human Rights Watch pour son rôle dans l’exécution de 5 000 prisonniers politiques dans les années 1980. Il n’a pas nié toute implication et a défendu les exécutions.

M. Raïssi a critiqué les États-Unis à plusieurs reprises au cours de son discours, les accusant de mener des guerres cyniques au Moyen-Orient et d’imposer injustement des sanctions et des pressions à l’Iran.

« Les États-Unis continuent d’équivoquer militarisme et sécurité et ont poursuivi leurs intérêts dans le monde aux dépens d’autres pays », a déclaré M. Raïssi.

Sur les négociations au point mort pour réorganiser l’accord de 2015 afin de limiter le programme nucléaire iranien, M. Raïssi a réitéré la nécessité de garantir à Washington qu’il ne quitterait pas unilatéralement l’accord comme il l’a fait sous l’administration Trump. Et il a répété l’insistance de l’Iran sur le fait qu’il ne développait pas d’armes nucléaires.

Les manifestations qui se sont propagées à travers l’Iran ont commencé ce week-end après la mort de Mahsa Amini, 22 ans, en garde à vue de la police des mœurs vendredi. Elle avait été arrêtée pour violation de la loi qui impose des coiffes de hijab pour les femmes en public. Depuis lors, les Iraniens sont descendus dans les rues d’un nombre croissant de villes pour protester contre sa mort et le traitement des femmes en Iran.

Devant le siège de l’ONU à New York, des groupes d’Iraniens et des membres de différents groupes d’opposition en exil ont organisé des manifestations contre M. Raïssi et en solidarité avec les Iraniens, scandant le nom de Mme Amini alors qu’ils manifestaient.

Awin