Home » Actualités » Peng Shuai, joueuse de tennis chinoise, nie toute allégation d’agression sexuelle

Peng Shuai, joueuse de tennis chinoise, nie toute allégation d’agression sexuelle


Peng Shuai, la star chinoise du tennis dont le récit de la coercition sexuelle par un ancien dirigeant du Parti communiste a déclenché des semaines de tensions et galvanisé les appels au boycott des Jeux olympiques d’hiver à Pékin, est revenue sur son affirmation selon laquelle elle avait été agressée sexuellement par le responsable.

Mme Peng a fait ces commentaires dans une interview publiée dimanche par un journal singapourien. Mais il semblait peu probable que la rétractation éteigne les inquiétudes concernant son bien-être et les soupçons selon lesquels elle avait été la cible de techniques de pression bien rodées et d’une campagne de propagande menée par des responsables chinois.

La controverse a éclaté le mois dernier lorsque Mme Peng a écrit dans un message sur Weibo, une plate-forme de médias sociaux chinoise, qu’elle avait entretenu une relation intermittente de plusieurs années avec le vice-Premier ministre chinois à la retraite Zhang Gaoli, aujourd’hui âgé de 75 ans. Elle a dit que lors d’une rencontre avec lui il y a environ trois ans, elle n’avait « jamais consenti » et qu’elle « pleurait tout le temps ».

Elle a ensuite brusquement quitté la vue du public et l’inquiétude mondiale quant à l’endroit où elle se trouvait s’est accrue. Dans une déclaration écrite plus tard, elle a semblé chercher à faire reculer l’accusation, et la Women’s Tennis Association et d’autres joueuses professionnelles se sont ralliées à elle, affirmant qu’elles croyaient que sa déclaration avait été écrite sous la contrainte officielle.

L’association de tennis a suspendu les matchs en Chine tout en cherchant à établir un contact indépendant avec Mme Peng. La semaine dernière, les dirigeants du Comité olympique et paralympique des États-Unis ont critiqué la gestion par la Chine du cas de Mme Peng.

Dans l’interview accordée à Lianhe Zaobao, un journal singapourien de langue chinoise, Mme Peng, 35 ans, a déclaré: « Tout d’abord, je tiens à souligner un point très important: je n’ai jamais dit ou écrit que quelqu’un m’avait agressée sexuellement. »

« Il y a peut-être eu des malentendus de la part de tout le monde », a-t-elle déclaré à propos de son message initial sur Weibo.

Mme Peng a également nié avoir été assignée à résidence ou avoir été forcée de faire des déclarations contre sa volonté.

« Pourquoi quelqu’un veillerait-il sur moi ? » dit-elle. « J’ai toujours été très libre. »

Son démenti a suscité le scepticisme des défenseurs des droits de l’homme, qui ont déclaré que les responsables chinois semblaient l’avoir contrainte à répéter des apparitions vidéo.

Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch, a déclaré sur Twitter que la dernière déclaration de Mme Peng ne faisait « qu’approfondir les préoccupations concernant la pression à laquelle le gouvernement chinois la soumet ».

Le mois dernier, des clips vidéo d’elle dans un restaurant de Pékin ont été publiés sur le compte Twitter du rédacteur en chef du Global Times, un journal influent dirigé par le Parti communiste. Le rédacteur en chef les a décrits comme montrant Mme Peng en train de dîner avec son entraîneur et ses amis. Elle est également apparue dans des appels vidéo en direct avec le président du Comité International Olympique et d’autres responsables de l’organisation.

Les autorités chinoises sont susceptibles de saisir la dernière déclaration de Mme Peng, enregistrée sur vidéo, pour repousser les appels à une enquête complète sur ses allégations et pour s’opposer à la suspension des matches en Chine par l’association de tennis.

L’entrevue de quelques minutes avec Mme Peng, qui a eu lieu lors d’une compétition de ski à Shanghai, a laissé de nombreuses questions clés sans réponse et sans réponse.

Elle n’a pas été interrogée directement sur sa relation avec M. Zhang, qui était membre du Comité permanent du Politburo, la plus haute instance du Parti communiste. On ne lui a pas non plus demandé comment elle sousL’énième question d’agression sexuelle correspondait à sa description antérieure de ce qui s’était passé avec M. Zhang.

Mme Peng a été l’une des joueuses de tennis les mieux classées de Chine, atteignant le numéro 1 en double en 2014 et aussi haut que le 14e rang en tant que joueuse de simple. Son récit Weibo début novembre de sa relation avec M. Zhang a duré 20 minutes avant que les censeurs chinois ne l’effacent. Mais la nouvelle s’est rapidement répandue en ligne.

Depuis lors, l’Association de tennis féminin et d’autres organisations ont fait pression sur les autorités chinoises pour assurer la sécurité de Mme Peng et lui donner l’occasion de raconter librement ce qui s’était passé avec M. Zhang.

L’interview publiée dimanche est intervenue après que la branche internationale du radiodiffuseur d’État chinois, China Global Television Network, a publié un courriel en anglais au nom de Mme Peng en novembre. Elle y nie les accusations d’agression sexuelle et demande à être laissée seule.

Mais Steve Simon, directeur général de la Women’s Tennis Association, et de nombreux militants des droits de l’homme ont émis des doutes sur son authenticité.

Dans la dernière entrevue, Mme Peng a semblé essayer de répondre à ces doutes. Elle a dit qu’elle avait écrit une déclaration chinoise dans le même sens « entièrement de mon plein gré », puis que quelqu’un l’avait aidée à la traduire en anglais.



Awin