Home » Actualités » « Pas de fin en vue » : la ville israélienne évacuée se prépare à une éventuelle guerre avec le Hezbollah

« Pas de fin en vue » : la ville israélienne évacuée se prépare à une éventuelle guerre avec le Hezbollah


Nouvelle vidéo chargée : « Pas de fin en vue » : la ville israélienne évacuée se prépare à une éventuelle guerre avec le Hezbollah

transcription

transcription

« Pas de fin en vue » : la ville israélienne évacuée se prépare à une éventuelle guerre avec le Hezbollah

Alors que les tensions s’intensifiaient à la frontière nord d’Israël avec le Liban après le 7 octobre, Israël a évacué des dizaines de milliers d’habitants de la région, y compris de Kiryat Shmona, une ville de 24 000 habitants. Des mois plus tard, les évacués restent dans l’incertitude et le maire insiste sur le fait qu’ils ne peuvent pas rentrer tant que les militants du Hezbollah ne sont pas repoussés.

À la frontière entre le Liban et Israël, un échange quasi quotidien de tirs de missiles qui a commencé le 7 octobre menace de déclencher une guerre plus vaste. Et les communautés des deux côtés sont prises entre deux feux. Avichai Stern, le maire de la ville la plus septentrionale d’Israël, Kiryat Shmona, se rend sur les lieux d’une récente attaque à la roquette du Hezbollah pour évaluer les dégâts. Sa ville est située à seulement un kilomètre de la frontière libanaise, ce qui en fait une cible facile. Mais les bâtiments ici sont pour la plupart vacants maintenant. Dans les jours qui ont suivi le 7 octobre, l’armée israélienne a évacué 125 000 habitants des zones frontalières par crainte d’une autre attaque majeure. Il s’agit du plus grand déplacement interne de l’histoire du pays. Aujourd’hui, plus de trois mois après l’attaque du Hamas, le gouvernement fait face à une pression croissante pour repousser les forces du Hezbollah de la frontière et pour ramener plus de 20 000 personnes évacuées de Kiryat Shmona chez elles. Il y en a d’autres, comme l’ancien maire de la ville, qui ont décidé de rester et disent qu’ils vivent avec la menace du Hezbollah depuis des années. Il soutient que le gouvernement n’aurait pas dû obliger les résidents à partir en premier lieu. Le système de défense d’Israël intercepte quelques roquettes, mais ici, beaucoup passent à travers. Le maire Stern fait la navette entre sa ville et les hôtels financés par l’État vers le sud, rappelant aux habitants et aux évacués que la force d’élite Radwan du Hezbollah est toujours une menace. S’adressant à des soldats à Kiryat Shmona le 9 janvier, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’Israël frapperait le Liban avec la même intensité qu’il a frappé Gaza si le Hezbollah ne se retirait pas. Ces derniers jours, l’armée israélienne a déclaré qu’elle était déployée le long de toute la frontière nord et qu’elle était prête à se défendre et à attaquer. Malgré les supplications de ses résidents, le maire Stern affirme qu’il n’y a pas de fin en vue pour l’évacuation de sa ville.

Épisodes récents de Guerre entre Israël et le Hamas