Home » Actualités » Macron promet des politiques vertes ambitieuses, courtisant la gauche au second tour

Macron promet des politiques vertes ambitieuses, courtisant la gauche au second tour


MARSEILLE, France – Sur une scène érigée sur des pelouses verdoyantes surplombant le port méditerranéen ensoleillé de Marseille, le président Emmanuel Macron a déclaré samedi à une foule de partisans: « La politique que je mènerai au cours des cinq prochaines années sera environnementale, ou ne le sera pas! »

C’était une promesse ambitieuse pour un président dont les politiques vertes ont été critiquées lors de manifestations climatiques répétées, condamnées par les tribunaux pour « inaction » et marquées par l’échec à atteindre les objectifs. Mais surtout, le vœu de M. Macron était un appel direct aux électeurs de sa gauche, qui détiennent la clé d’une victoire finale au second tour de l’élection présidentielle – et pour qui le climat est devenu un enjeu clé.

M. Macron a consacré environ les trois quarts de son discours d’une heure et demie aux questions environnementales. Il a promis de nommer des ministres responsables de la planification environnementale à long terme, de planter 140 millions d’arbres d’ici 2030 et de réduire rapidement la dépendance au pétrole et au gaz en développant les énergies nucléaires et renouvelables.

« L’inaction, pas pour moi ! », a-t-il déclaré à une foule en liesse de quelque 4 000 personnes rassemblées dans le parc du Pharo, sur les hauteurs de Marseille, pour ce qui était peut-être le dernier rassemblement de M. Macron avant le vote du 24 avril.

L’événement symbolisait la stratégie de M. Macron pour le second tour entre le président centriste sortant et son adversaire d’extrême droite, Marine Le Pen: courtiser la gauche avec des politiques progressistes et faire campagne dans les villes ouvrières où il tente de se débarrasser de son image de président distant détaché des réalités quotidiennes. Si un grand nombre d’électeurs de gauche restent à la maison pour le second tour de scrutin ou migrent dans le camp de Mme Le Pen, cela pourrait causer de graves problèmes à M. Macron.

Stewart Chau, analyste pour la société de sondage Viavoice, a déclaré que l’objectif principal de M. Macron était de « rechercher des électeurs de Jean-Luc Mélenchon », le candidat d’extrême gauche arrivé troisième au premier tour de scrutin – mais premier à Marseille, avec 31% des voix.

En septembre, le président a dévoilé un plan de plusieurs milliards d’euros pour lutter contre la criminalité et la pauvreté à Marseille.

Promettant un « renouveau complet » s’il est réélu, M. Macron a également utilisé son discours pour attaquer Mme Le Pen, l’accusant de vouloir restreindre la liberté de la presse, contester l’égalité des sexes et faire sortir la France de l’Union européenne. Il tente de raviver le « barrage » que les électeurs traditionnels ont longtemps formé en votant pour n’importe qui plutôt que pour un Le Pen – soit son adversaire actuel, soit son père, Jean-Marie, dirigeants de l’extrême droite Français depuis les années 1970.

Le rassemblement de samedi a couronné une semaine intense de campagne pour M. Macron, en tournée dans le pays depuis lundi pour compenser une campagne initiale terne. En ne visitant que les endroits où Mme Le Pen ou M. Mélenchon sont arrivés en tête au premier tour, il risque de s’engager avec des résidents en colère, dans le but de montrer que lui aussi peut ressentir leur douleur.

En revanche, Mme Le Pen, qui s’efforce depuis longtemps d’adoucir son image publique, s’est montrée plus réticente au risque, limitant ses voyages de campagne cette semaine. Au lieu de cela, elle a tenté de consolider sa crédibilité avec deux conférences de presse sur ses propositions de refonte institutionnelle et son programme de politique étrangère.

Mais ces événements se sont en partie retournés contre elle après que le refus de son parti d’accréditer certains médias a fait sensation et qu’elle a détaillé des plans controversés visant à se rapprocher de la Russie et à quitter le commandement militaire intégré de l’OTAN.

Mme Le Pen a été plus exposée à l’examen minutieux depuis qu’un autre candidat d’extrême droite, Éric Zemmour, n’a pas réussi à se présenter au second tour. Ses commentaires incendiaires s’opposant à l’immigration et à l’islam ont détourné une grande partie de l’attention de Mme Le Pen, connue depuis longtemps pour des positions similaires.

« La forme confronte le fond », a déclaré M. Chau, l’analyste, ajoutant que l’image aseptisée de Mme Le Pen se heurtait maintenant à « la réalité de ses idées, qui sont tout sauf apaisées, tout sauf adoucies ».

Lors d’un rassemblement jeudi dans la ville d’Avignon, dans le sud du pays, Mme Le Pen n’a mentionné l’immigration qu’à trois reprises, bien qu’elle soit la pierre angulaire de son programme. Elle a proposé d’expulser les étrangers après qu’ils aient été au chômage pour un année, en donnant la priorité aux Français de logement social et d’allocations, et en abolissant le droit à la citoyenneté par la naissance en France.

Ses partisans étaient plus directs. « Elle veut toujours expulser les immigrants », a déclaré Aline Vincent, un drapeau Français dans sa main droite, qui a assisté au rassemblement de Mme Le Pen avec environ 4 000 autres personnes. « Mais elle ne dis-le pas de la même manière. »

A Marseille, Daniel Beddou s’est dit « très inquiet » de la montée de l’extrême droite. Tenant un drapeau européen dans sa main gauche, il a dit qu’il s’est félicité des plans environnementaux de M. Macron. Il sIls incarnaient l’approche « en même temps » du président, faisant référence à son habitude d’emprunter des politiques à gauche et à droite.

Alors qu’il s’adresse aux 7,7 millions d’électeurs qui ont soutenu M. Mélenchon au premier tour et semblent détenir la clé d’une victoire finale, M. Macron a atténué certaines de ses propositions, comme un plan visant à relever l’âge légal de la retraite de 62 à 65 ans, qui, selon lui, pourrait maintenant être assoupli.

Samedi, il a également insisté sur la « planification environnementale » à long terme – concept qui était une pierre angulaire de la plateforme de M. Mélenchon – promettant de nommer un ministre « directement responsable » de celle-ci, assisté de deux ministres en charge de la transition énergétique et environnementale.

« Il y a une réelle volonté de parler à un électorat de la classe ouvrière, un électorat de gauche qui nous manquait au premier tour », a déclaré Sacha Houlié, législateur et porte-parole de la campagne de M. Macron.

Reste à savoir dans quelle mesure l’inclinaison de dernière minute de M. Macron vers la gauche donnera des résultats dans les urnes.

De nombreux électeurs restent désillusionnés par le virage à droite de M. Macron ces dernières années. François Dosse, historien et philosophe Français qui a été l’un des partisans les plus enthousiastes de M. Macron lors des dernières élections, a déclaré que sa position dure sur l’immigration et contre l’extrémisme islamique équivalait à « recycler les craintes de l’extrême droite » et à donner indirectement du crédit au discours de Mme Le Pen.

« Il s’agit de jouer à la roulette russe », a déclaré M. Dosse à propos de la stratégie de M. Macron de trianguler le paysage électoral français. « Et c’est un jeu dangereux dans lequel on peut perdre – et perdre la démocratie. »

M. Macron n’a remporté que 28% des voix la semaine dernière, contre 23% pour Mme Le Pen et 22% pour M. Mélenchon, avec une foule d’autres à la traîne. Déjà, certains électeurs envisagent de se retirer au 2e tour, déçus par le bilan du président sortant.

« En 2017, c’était un visage frais, il était jeune, il était ambitieux – mais au final, il n’a rien fait », a déclaré Nadia Mebrek, une supportrice de Mélenchon âgée de 48 ans, ajoutant qu’elle s’abstiendrait probablement. Elle se tenait rue d’Aubagne, où deux immeubles se sont effondrés en 2018, tuant huit personnes – un témoignage de la crise endémique du logement et de la pauvreté à Marseille.

« Macron, il protège les riches plus que les pauvres », a déclaré Mme Mebrek, qui, en tant qu’assistante de soins personnels, n’a toujours été payée que le salaire minimum.

Les sondages montrent que seul un tiers des partisans de M. Mélenchon soutiendraient M. Macron au second tour pour empêcher Mme Le Pen d’accéder au pouvoir, le reste étant divisé entre un vote pour Mme Le Pen et l’abstention.

Mais la première semaine de la campagne de second tour a semblé favoriser M. Macron. Les sondages auprès des électeurs montrent que son avance au second tour s’est élargie. Le président Français obtiendrait 56% des voix, contre 44 pour Mme Le Pen – sa plus grande avance depuis fin mars.

A Marseille, de nombreux supporters de Mélenchon comme Nate Gasser, 26 ans, ont déclaré qu’ils se retiendraient le nez et soutiendraient M. Macron pour battre Mme Le Pen. « Cela m’ennuie de faire ça, mais nous voterons pour Macron », a-t-il déclaré, insistant sur le fait que ce n’était pas « un vote d’adhésion ».

« Et après cela, dit-il, nous descendrons dans la rue pour protester. »

Awin