Home » Actualités » L’UE promet plus d’aide à l’Ukraine, mais freine les discussions sur l’adhésion

L’UE promet plus d’aide à l’Ukraine, mais freine les discussions sur l’adhésion

[ad_1]

Mais l’adhésion à l’UE nécessiterait de respecter les normes du bloc pour remanier l’économie, maîtriser la corruption et la dette publique, assurer des élections compétitives et équitables et protéger l’indépendance des tribunaux et des médias, ainsi que modifier les lois et règlements pour se conformer à 80 000 pages de règles sur des questions allant de la protection de l’environnement à l’hygiène alimentaire.

Plusieurs pays candidats depuis des années, dont la Turquie, sont loin devant l’Ukraine dans le processus, mais ne sont toujours pas considérés comme proches de l’approbation. Et comme Charles Michel, président du Conseil européen, le groupe des chefs de gouvernement de l’UE, l’a noté vendredi, l’admission d’une autre nation dans le club nécessiterait l’approbation unanime des 27 qui sont déjà membres.

Le problème de la corruption en Ukraine, en particulier, était une préoccupation bien avant la guerre. Cette semaine, le gouvernement a mené une série de raids anti-corruption, certains ciblant des personnalités puissantes alliées à M. Zelensky, signalant à Bruxelles qu’il prend la question au sérieux.

Le débat de cette semaine entre les diplomates sur le soutien à l’Ukraine s’est résumé à un mot dans la déclaration qu’ils ont publiée après la réunion: « progrès ».

Alors que certains pays de l’UE voulaient reconnaître les « progrès » de l’Ukraine vers le respect des normes du bloc, d’autres ont refusé d’aller aussi loin et ont insisté pour que le mot soit changé en « efforts », selon quatre responsables qui ont participé aux réunions et ont parlé anonymement parce qu’ils n’étaient pas autorisés à partager les détails des discussions confidentielles.

Il a finalement fallu deux réunions pour régler la question, mais le langage plus prudent l’a emporté.

La déclaration cite « les efforts considérables que l’Ukraine a déployés ces derniers mois pour atteindre les objectifs qui sous-tendent son statut de candidat à l’adhésion à l’UE, a salué les efforts de réforme de l’Ukraine en ces temps difficiles et a encouragé le pays à poursuivre sur cette voie ».

Les rapports ont été fournis par Marc Santora, Richard Pérez-Peña, Andrew E. Kramer, Dan Bilefsky, Shashank Bengali et Monika Pronczuk.

[ad_2]