Home » Actualités » L’Europe appelle à la paix, mais pas à n’importe quel prix

L’Europe appelle à la paix, mais pas à n’importe quel prix


Après deux jours d’intense diplomatie des deux côtés de l’Atlantique sur la crise ukrainienne, les dirigeants de la France, de l’Allemagne et de la Pologne ont déclaré que leur objectif primordial était la préservation de la paix en Europe, mais ont averti la Russie des conséquences désastreuses si elle lançait de nouvelles incursions en Ukraine.

« Nous partageons un objectif », a déclaré mardi Olaf Scholz, le chancelier allemand, après la rencontre des dirigeants à Berlin. « Préserver la paix en Europe par la diplomatie et des messages clairs et la volonté commune d’agir conjointement. »

Mais, a-t-il précisé, la paix ne pouvait pas venir à n’importe quel prix. S’exprimant un jour après avoir rencontré le président Biden à Washington, M. Scholz a poursuivi: « Une nouvelle violation de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Ukraine est inacceptable et entraînerait des conséquences profondes pour la Russie, politiquement, économiquement et sûrement stratégiquement aussi. »

C’était l’une des déclarations les plus fortes de M. Scholz à ce jour sur la crise. L’Allemagne a été critiquée pour ce qui a été perçu comme une réponse faible à l’accumulation massive de troupes russes à la frontière ukrainienne. Mais la rencontre avec M. Biden semble avoir renforcé la détermination de la chancelière, qui a pris ses fonctions il y a tout juste deux mois.

Il était flanqué d’Emmanuel Macron, le président Français, et du président polonais Andrzej Duda, qui a qualifié la situation de « plus difficile depuis 1989 ». L’Europe, a-t-il ajouté, « n’a pas vu ce genre de mouvements de troupes depuis la Seconde Guerre mondiale ».

Les sensibilités de la Pologne à l’agression russe sont particulièrement aiguës après avoir passé les décennies d’après-guerre piégées dans l’imperium totalitaire soviétique, et ses sentiments sont largement partagés en Europe centrale et orientale.

Le rassemblement de troupes de M. Poutine a amené les États-Unis à pivoter vers l’Europe, ravivé une alliance de l’OTAN axée sur sa mission initiale et menacé la sécurité laborieusement construite du continent.

M. Macron a commencé la journée à Moscou après une réunion lundi avec le président Vladimir V. Poutine, et il a rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev plus tôt mardi. « Nous voulons poursuivre le dialogue avec la Russie pour éviter le risque d’escalade et permettre la désescalade », a-t-il déclaré.

Plus tôt, M. Macron avait déclaré qu’il avait obtenu de la Russie un engagement à « aucune dégradation ou escalade » en Ukraine, ouvrant de nouvelles voies de négociation sur la « sécurité collective de l’espace européen ».

Mais le Kremlin a donné un compte rendu plus prudent. Dmitri S. Peskov, le porte-parole du Kremlin, a rejeté les informations selon lesquelles les deux présidents étaient parvenus à un accord pour désamorcer la situation et a suggéré que ce sont les États-Unis, et non la France, qui avaient qualité pour négocier un tel accord.

Dans une conversation de 45 minutes avec des journalistes dans l’avion de Moscou à Kiev, M. Macron a déclaré qu’il ne s’était jamais attendu « une seconde » à ce que M. Poutine fasse un grand geste, mais il a estimé qu’il avait réussi dans son objectif de « geler la partie ».

Cela peut sembler un objectif dérisoire, mais avec environ 130 000 soldats russes stationnés juste à l’extérieur de l’Ukraine, toute pause serait une occasion de négociation.

Si M. Poutine s’est engagé à ne pas escalader, on ne sait pas combien de temps cela pourrait durer. Le président Français a suggéré au moins une période de plusieurs semaines. Mais à Moscou, M. Peskov a émis une note plus menaçante.

Malgré les « germes de raison » dans l’approche de M. Macron, a-t-il déclaré, « jusqu’à présent, nous ne voyons pas et ne sentons pas la volonté de nos homologues occidentaux de prendre en compte nos préoccupations ».

La crise, a-t-il précisé, n’avait pas été désamorcée, même si le principal conseiller diplomatique de M. Macron jugeait les chances de guerre « faibles ».

Après des entretiens avec M. Zelensky, M. Macron a déclaré que les deux parties étaient ouvertes à la poursuite de la paix dans les provinces de l’est de l’Ukraine saisies par des mandataires soutenus par Moscou.

M. Zelensky, debout aux côtés du président Français à Berlin, a décrit l’ouverture des pourparlers par M. Poutine comme « bonne si elle est sérieuse et non un jeu ». Il semblait sceptique.

Des responsables représentant la Russie, l’Ukraine, la France et l’Allemagne se réuniront jeudi à Berlin pour discuter de la relance de l’accord de Minsk 2, qui visait à mettre fin aux combats dans les provinces séparatistes de l’est de l’Ukraine. « C’est la seule voie vers une solution politique viable », a déclaré M. Macron à propos de l’accord, qui a été en proie à des différends sur sa signification et s’est avéré inopérant depuis sa conclusion en 2015.

Cette question, cependant, ne représente qu’une petite fraction du problème, dans la mesure où M. Poutine a l’OTAN dans sa ligne de mire autant que les provinces séparatistes de l’Ukraine. Plus qu’un différend frontalier, la crise pose la question de savoir comment la sécurité européenne sera assurée pour de nombreuses années à venir.

Sentant le pouvoir changer dans sa direction à partir d’États-Unis fracturés, M. Poutine veut s’installerL’OTAN, par son expansion, a assuré la sécurité et la stabilité aux pays opprimés dans le système soviétique, mais au prix de la colère et de l’aliénation durables de la Russie.

M. Macron a décrit M. Poutine comme enfermé dans une logique « révisionniste ». Des responsables proches du dirigeant Français ont dépeint un président russe endurci et rigide – comme dans un « bunker », selon les mots de l’un d’eux.

Les États-Unis et leurs alliés ont rejeté comme non-partants les demandes russes de cesser l’expansion de l’OTAN dans les parties de l’Europe de l’Est que Moscou considère comme faisant partie de sa sphère d’influence. M. Poutine veut également repousser l’OTAN hors des pays anciennement contrôlés par les Soviétiques.

M. Poutine a massé des troupes à la frontière orientale de l’Ukraine, mais aussi au nord, en Biélorussie, où des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées, nominalement pour des exercices militaires qui se termineront le 20 février. Leur présence a fait craindre que le président russe n’établisse des bases militaires en Biélorussie, y maintienne des troupes et même déploie des armes nucléaires sur le territoire de son voisin. Kiev est à seulement 140 miles de la frontière biélorusse.

M. Macron a déclaré qu’il avait obtenu de M. Poutine l’assurance que les troupes seraient retirées immédiatement après l’exercice. M. Peskov, le porte-parole du Kremlin, a déclaré que M. Poutine n’avait pas donné de date pour le retrait, ajoutant: « Personne n’a jamais dit que les troupes russes resteraient en Biélorussie. Cela n’a jamais été à l’ordre du jour. »

Analysant le comportement de M. Poutine avant d’arriver à Berlin, M. Macron a déclaré que le dirigeant russe « légitime ce qu’il fait en tant que réactif à l’OTAN ». Le résultat a été que M. Poutine, dans son récit, a toujours pu trouver un prétexte pour l’agression. « Chaque fois que nous parlons de l’expansion de l’OTAN, elle est accueillie par une action militaire russe qui réduit la souveraineté de la Géorgie ou de l’Ukraine », a déclaré M. Macron.

Poursuivant un thème privilégié d’une nouvelle configuration pour la sécurité européenne avec une Europe plus puissante en son cœur, M. Macron a déclaré que « nous devons penser à la souveraineté et à l’indépendance de ces pays sous une forme différente ». L’indépendance d’un pays comme l’Ukraine doit être garantie, ainsi que sa souveraineté et l’État de droit, mais aussi sa viabilité. C’était le moment, a-t-il soutenu, « de réinventer un chemin vers la stabilité ».

À Berlin, M. Duda, le président polonais, a eu des préoccupations plus immédiates que la future architecture stratégique de l’Europe. « Nous nous demandons tous, que se passe-t-il après? Quel sera le résultat? » a-t-il dit. « C’est à nous de sauvegarder le droit international et l’intégrité territoriale, y compris pour les pays qui ne sont pas membres de l’Union européenne ou de l’OTAN, mais qui sont nos alliés. »

Il a ajouté: « Nous devons montrer que nous ne faisons aucun pas en arrière. Nous ne laissons personne de côté.

Katrin Bennhold a contribué au reportage.

Awin