Home » Actualités » Les États-Unis savaient que Prigozhin se préparait à prendre des mesures militaires contre la Russie

Les États-Unis savaient que Prigozhin se préparait à prendre des mesures militaires contre la Russie

[ad_1]

Des responsables du renseignement américain ont informé mercredi de hauts responsables militaires et administratifs qu’Evgueni Prigojine, le chef du groupe mercenaire Wagner, se préparait à prendre des mesures militaires contre de hauts responsables de la défense russe, selon des responsables proches du dossier.

Les agences d’espionnage américaines avaient des indications quelques jours plus tôt que M. Prigozhin planifiait quelque chose et travaillait à affiner ce matériel en une évaluation finale, ont déclaré des responsables.

Les informations montrent que les États-Unis étaient au courant des événements imminents en Russie, de la même manière que les agences de renseignement avaient averti fin 2021 que Vladimir V. Poutine prévoyait d’envahir l’Ukraine.

Mais contrairement à l’invasion initiale, lorsque les responsables américains ont déclassifié les renseignements et les ont ensuite publiés pour tenter de dissuader M. Poutine d’envahir, les agences de renseignement ont gardé le silence sur les plans de M. Prigozhin. Les responsables américains ont estimé que s’ils disaient quoi que ce soit, M. Poutine pourrait les accuser d’orchestrer un coup d’État. Et ils avaient clairement peu d’intérêt à aider M. Poutine à éviter une fracture majeure et embarrassante de son soutien.

Dans ce cas, l’information selon laquelle la querelle de longue date entre M. Prigozhin, qui a fait ses débuts en tant que « chef de Poutine » à Saint-Pétersbourg, et les responsables russes de la défense était sur le point de dégénérer en conflit a été considérée comme à la fois solide et alarmante. M. Prigozhin est connu pour sa brutalité, et s’il avait réussi à évincer les fonctionnaires, il aurait probablement été un dirigeant imprévisible. Et la possibilité qu’un grand rival nucléaire des États-Unis puisse sombrer dans le chaos interne comportait une nouvelle série de risques.

Bien qu’on ne sache pas exactement quand les États-Unis ont appris le complot pour la première fois, des responsables du renseignement ont tenu des séances d’information mercredi avec des responsables de l’administration et de la défense. Jeudi, alors que la confirmation supplémentaire du complot arrivait, les responsables du renseignement ont informé un groupe restreint de dirigeants du Congrès, selon des responsables familiers avec les briefings qui ont parlé sous couvert d’anonymat parce qu’ils n’étaient pas autorisés à parler publiquement. Vendredi soir, M. Prigozhin avait considérablement intensifié sa querelle, lançant une marche sur Moscou que le gouvernement russe a décrite comme une tentative de coup d’État. Samedi, il a appelé ses combattants et a accepté de fuir en Biélorussie.

CNN avait précédemment rapporté que les États-Unis avaient informé les dirigeants du Congrès de leurs préoccupations selon lesquelles M. Prigozhin se préparait à défier les dirigeants militaires russes.

Pendant des années, M. Prigozhin a détesté Sergei K. Shoigu, le ministre de la Défense, et le général Valery Gerasimov, le chef de l’état-major général des forces armées russes, et le sentiment était mutuel, ont déclaré des responsables américains. Mais il a fallu la guerre en Ukraine, ont déclaré des responsables plus tôt cette année, pour que l’animosité se répande au grand jour, fréquemment exprimée par M. Prigozhin dans des messages de mauvaise humeur sur Telegram, une plate-forme de médias sociaux.

Au cours des derniers mois, les responsables du renseignement ont suivi l’animosité croissante entre M. Prigozhin et les dirigeants du ministère russe de la Défense et ont passé beaucoup de temps à l’analyser.

La conclusion des agences de renseignement était qu’il s’agissait d’un signe clair des tensions internes causées par la guerre en Ukraine, un produit de la lutte de la Russie pour approvisionner ses troupes de manière adéquate.

C’était une indication, a déclaré un responsable, de la façon dont la guerre se déroulait mal pour Wagner et l’armée régulière.

Les rapports de renseignement publiés dans le cadre des fuites de Discord ont également montré que les États-Unis avaient intercepté des communications entre de hauts responsables militaires russes débattant de la manière de gérer les demandes constantes de M. Prigozhin pour plus de munitions.

Dans des interviews avant la crise actuelle, les responsables américains ont déclaré que ce n’était pas seulement les forces de Wagner qui faisaient face à des pénuries d’approvisionnement, mais l’ensemble de l’armée russe. Ces problèmes ont tourmenté l’armée russe pendant des mois, mais les responsables américains ont déclaré plus tôt cette semaine qu’ils étaient devenus plus évidents au début de la contre-offensive ukrainienne.

M. Poutine a peut-être aussi donné à M. Prigozhin la fausse croyance qu’il pouvait aller au-delà de la critique publique pour agir contre ses alliés militaires. Pendant la lutte pour la ville de Bakhmut, le gouvernement américain a estimé que M. Poutine avait très probablement ordonné à des unités russes régulières de renforcer les forces de Wagner.

Après la capture de Bakhmut, le ministère russe de la Défense a décidé de réduire le pouvoir de Wagner. La Russie a forcé tous les volontaires de ses forces à signer des contrats avec le ministère de la Défense. Cette décision a coupé Wagner des recrues et signifiait que pour que les mercenaires retournent sur le champ de bataille en Ukraine, M. Prigozhin devrait subordonner ses forces au ministère de la Défense, said Tatiana Stanovaya, chercheuse principale au Carnegie Endowment for International Peace.

Placer les forces de Wagner sous le contrôle de M. Choïgou était « hors de question » pour M. Prigozhin, a déclaré Mme Stanovaya.

Bon nombre des tensions de M. Prigozhin avec l’armée s’étaient jouées en public. Il a utilisé des interviews et des messages Telegram pour réprimander M. Choïgou et le général Gerasimov, les qualifiant d’incompétents et les accusant d’induire M. Poutine en erreur sur les progrès de la guerre avec l’Ukraine.

Les responsables américains ont concédé qu’il y avait un élément de théâtre dans les plaintes publiques de M. Prigozhin, mais que cela était néanmoins utile pour M. Poutine, qui a lui-même critiqué en privé son leadership militaire pour avoir été trop passif pendant la guerre d’Ukraine.

Pourtant, les responsables américains ont conclu que les déclarations publiques de M. Prigozhin n’étaient pas contrôlées par M. Poutine. Son combat avec le ministère de la Défense, ont déclaré des responsables plus tôt cette année, était réel, pas un théâtre politique, alimenté par les énormes pertes que la Russie avait subies à Bakhmut.

La critique de M. Prigozhin allait au-delà d’un débat sur les fournitures nécessaires. Il a accusé les dirigeants militaires d’être corrompus et incompétents. Pour leur part, certains chefs militaires étaient jaloux de son influence auprès de M. Poutine, ont déclaré des responsables américains plus tôt cette année.

Mais ce n’est que ces derniers jours que les responsables du renseignement ont reçu les premiers avertissements que M. Prigozhin pourrait prendre des mesures.

Les responsables ont déclaré que les agences de renseignement ne savaient pas quels pourraient être les résultats des actions de M. Prigozhin, mais elles se sont immédiatement inquiétées de la façon dont cela pourrait affecter le contrôle des armes nucléaires de la Russie. Le président Biden, s’exprimant en octobre, a parlé des dangers que M. Poutine poserait s’il se sentait acculé et a déclaré que les États-Unis cherchaient des « portes de sortie » pour M. Poutine.

Depuis que M. Prigozhin a pris des mesures vendredi, les responsables américains ont été confinés, disant peu publiquement sur ses intentions ou sur ce qu’ils savaient des événements sur le terrain. Les responsables se sont méfiés, à la fois parce que les événements évoluaient rapidement et parce qu’ils ne voulaient pas donner à M. Poutine une excuse pour blâmer l’Occident pour les actions de M. Prigozhin. Mais plusieurs responsables ont déclaré qu’ils s’attendaient à ce que M. Poutine finisse par dire que le soulèvement était le résultat d’un complot étranger.

M. Prigozhin est mis en accusation aux États-Unis pour son rôle dans sa tentative d’influencer l’élection présidentielle de 2016 en faveur de Donald J. Trump.

[ad_2]