Home » Actualités » L’Allemagne bloque 2 accords d’investissement étranger, adoptant une position plus ferme sur la Chine

L’Allemagne bloque 2 accords d’investissement étranger, adoptant une position plus ferme sur la Chine


Le gouvernement du chancelier Olaf Scholz a bloqué mercredi la vente d’une société de semi-conducteurs à une entreprise chinoise, alors que l’Allemagne cherche à renforcer la protection de sa technologie nationale et à réduire sa dépendance à l’égard de la Chine.

Robert Habeck, ministre allemand de l’Economie, a déclaré que le gouvernement avait également bloqué un investissement séparé dans une société allemande produisant des infrastructures critiques, qui, selon lui, ne pouvaient pas être identifiées en raison d’accords de confidentialité.

La semaine dernière, M. Scholz s’est rendu à Beijing, où il a rencontré le président Xi Jinping pour des discussions axées sur la guerre de la Russie en Ukraine, ainsi que sur les liens économiques entre les deux pays. La Chine est le plus grand partenaire commercial de l’Allemagne, échangeant des marchandises d’une valeur de plus de 245 milliards d’euros (environ 246 milliards de dollars) l’année dernière.

Mais les responsables allemands se méfient d’être trop dépendants de la Chine. Plus d’un million d’emplois allemands dépendent directement du commerce avec la Chine, et beaucoup plus indirectement, tandis que près de la moitié des entreprises manufacturières allemandes dépendent de la Chine pour une partie de leur chaîne d’approvisionnement.

Il y a également une frustration croissante à Berlin face au refus de Pékin d’accorder aux entreprises étrangères un traitement égal en Chine dont bénéficient les entreprises chinoises en Allemagne et ailleurs en Europe. En particulier en ce qui concerne les infrastructures critiques et la technologie, on s’inquiète de plus en plus de permettre aux entreprises publiques de Pékin d’avoir trop d’accès.

« En particulier dans le secteur des semi-conducteurs, il est important pour nous de protéger la souveraineté technologique et économique de l’Allemagne et de l’Europe », a déclaré M. Habeck aux journalistes mercredi. « Bien sûr, l’Allemagne est et restera un lieu d’investissement ouvert, mais nous ne sommes pas naïfs non plus. »

M. Habeck a nommé Elmos Semiconductor, basée à Dortmund, comme l’une des sociétés qui s’étaient vu refuser l’approbation des investissements étrangers.

Elmos a annoncé il y a près d’un an qu’elle avait prévu de scinder son usine de fabrication de plaquettes, qui produit des puces principalement utilisées dans l’industrie automobile, en une entité distincte qui devait être acquise par Silex Microsystems, une société suédoise entièrement détenue par une société chinoise.

Dès le départ, l’accord de 85 millions d’euros a été soumis à l’approbation du gouvernement car il impliquait une entreprise étrangère achetant une société allemande.

Mercredi, Elmos a publié une déclaration disant qu’elle regrettait la décision du gouvernement et que l’accord aurait renforcé la production de puces en Allemagne. Il a déclaré qu’il « analyserait la décision » et « déciderait d’engager ou non une action en justice ».

M. Habeck a refusé de nommer la deuxième entreprise dont la vente a été bloquée, notant que les accords de confidentialité interne de l’entreprise l’en empêchaient. Mais le quotidien économique allemand Handelsblatt a rapporté qu’il s’agissait d’ERS Electronic, une société spécialisée dans la technologie de refroidissement basée en Bavière.

Une porte-parole d’ERS a déclaré que la société avait discuté « d’un investissement par une société chinoise de capital-investissement », mais a ajouté qu’elle n’avait pas encore reçu d’informations du gouvernement sur une décision.

La semaine dernière, avant de partir pour Pékin, M. Scholz a rejeté la recommandation de six de ses ministères et des chefs du renseignement intérieur et étranger de permettre à Cosco, une compagnie maritime appartenant à l’État chinois, d’acheter une participation allant jusqu’à 25% dans un terminal de manutention de conteneurs à Hambourg, le port le plus important d’Allemagne.

Cosco cherchait à l’origine à acquérir une participation de 35%, mais cela a été réduit après un tollé politique et public généralisé sur les problèmes de sécurité.

M. Scholz s’est rendu en Chine avec une délégation de 12 chefs d’entreprise allemands, alors même qu’il cherchait à encourager les entreprises allemandes à diversifier leurs liens commerciaux en Asie. Lui et M. Habeck se rendront à Singapour la semaine prochaine pour participer à une conférence plus large sur les affaires asiatiques.

Awin