Home » Actualités » L’administration Biden fait face à des pressions pour permettre aux Ukrainiens de rester aux États-Unis.

L’administration Biden fait face à des pressions pour permettre aux Ukrainiens de rester aux États-Unis.


L’administration Biden fait face à une pression croissante de la part des législateurs et des défenseurs pour permettre à des milliers d’Ukrainiens qui travaillent ou étudient temporairement aux États-Unis de rester, plutôt que de les forcer à retourner dans leur pays déchiré par la guerre.

Le sénateur Richard J. Durbin, démocrate de l’Illinois, a appelé l’administration à offrir un statut de protection temporaire aux Ukrainiens qui ont un visa de courte durée ou qui n’ont pas de papiers. La protection ne leur conférerait pas la résidence permanente, mais leur permettrait de rester aux États-Unis sans crainte d’expulsion.

« Nous avons une lettre adressée au président ce soir pour demander un statut de protection temporaire pour chacun d’entre eux », a déclaré lundi à la presse M. Durbin, président de la commission judiciaire du Sénat. « Ils comprennent les touristes, les étudiants et les personnes qui travaillent ici avec des visas et ce genre de choses. C’est donc quelque chose que nous pourrions et devrions faire immédiatement. »

Il a dit qu’il s’attendait à ce que d’autres législateurs, y compris des républicains, signent.

L’American Immigration Lawyers Association et plusieurs organisations à but non lucratif ont également soutenu l’offre de protection aux Ukrainiens en raison de l’urgence humanitaire en Ukraine.

« L’extension de T.P.S. envoie un message direct et clair en matière de politique étrangère au monde entier que les civils ukrainiens doivent être protégés partout », a déclaré Lisa Parisio, directrice du plaidoyer au Catholic Legal Immigration Network.

Le Migration Policy Institute, un groupe de réflexion indépendant, estime qu’environ 30 000 Ukrainiens qui ont actuellement un visa d’affaires ou d’étudiant, ou qui ont dépassé la durée de leur visa, seraient éligibles.

La loi sur l’immigration et la nationalité donne au secrétaire du Département de la sécurité intérieure le pouvoir d’étendre le statut de protection temporaire aux citoyens des pays où un conflit armé, une catastrophe naturelle ou d’autres circonstances extraordinaires empêchent leur retour en toute sécurité chez eux.

Plus de 400 000 personnes bénéficient actuellement de ces protections, y compris des immigrants du Salvador, d’Haïti, du Soudan, de Syrie et du Venezuela. La protection est accordée pour six à 18 mois, et le département de la Sécurité intérieure doit prolonger la désignation d’un pays sur une base récurrente. Chaque fois qu’un pays est recertifié, les destinataires doivent présenter une nouvelle demande et réussir une vérification des antécédents.

Les groupes qui sont en faveur de la limitation de l’immigration ont critiqué le programme, en vigueur depuis 1990, pour avoir essentiellement permis aux gens de rester en permanence aux États-Unis.

Awin