Home » Actualités » La police devrait-elle enquêter sur les cas de pensionnats au Canada?

La police devrait-elle enquêter sur les cas de pensionnats au Canada?


SIX NATIONS OF THE GRAND RIVER, Ontario — Les policiers et les membres de la communauté mohawk ont travaillé ensemble pour pousser deux radars pénétrant dans le sol ressemblant à des tondeuses à gazon électriques alors qu’ils cherchaient des restes humains sur le site d’un ancien pensionnat autochtone.

Roland Martin, 84 ans , qui avait été forcé de fréquenter l’école, l’Institut Mohawk, en 1947 — regardait et se souvenait. Il se souvenait que la nourriture était si rare que lui et ses camarades de classe cherchaient des restes dans une décharge voisine. « Parfois, vous devez vous demander comment nous nous en sommes tirés », a-t-il déclaré. « Combien de personnes sont réellement mortes ici? »

Des recherches pour trouver les restes d’enfants autochtones décédés dans les pensionnats tristement célèbres du Canada ont lieu partout au pays depuis mai. C’est à ce moment-là que les balayages radar du terrain du pensionnat indien de Kamloops, en Colombie-Britannique, ont révélé la découverte de 215 restes humains enterrés dans des tombes non marquées, dont beaucoup d’enfants.

Mais cette recherche était différente.

Alors que la plupart des communautés autochtones ont été réticentes à travailler avec la police en raison d’une profonde méfiance à l’égard des forces de l’ordre, les Mohawks ont entamé une collaboration délicate avec deux corps policiers. Ils espèrent qu’en impliquant les forces de l’ordre, ils pourrez préserver l’option d’une enquête criminelle formelle sur tous les lieux de sépulture non marqués – et obtenir justice, ainsi que pour découvrir la vérité sur ce qui s’est passé.

Le travail conjoint pourrait devenir un modèle pour la participation de la police aux futures perquisitions.

« Nous avons reconnu que nous devions être très prudents en raison de ces problèmes de confiance avec la police », a déclaré le chef Mark B. Hill des Six Nations de la réserve de la rivière Grand, dont une partie contient les terrains de l’école. « Les survivants sont très à l’affût de tout, n’est-ce pas ? »

Des années 1880 aux années 1990, le gouvernement canadien a expulsé de force au moins 150 000 enfants autochtones de leur foyer et les a envoyés dans des pensionnats indiens pour les assimiler aux méthodes occidentales. Leurs langues et leurs pratiques religieuses et culturelles ont été interdites. En 2015, une Commission nationale de vérité et réconciliation a qualifié le système de « génocide culturel ».

Dans les écoles, qui étaient pour la plupart gérées pour le gouvernement par des églises chrétiennes, les abus et la violence sexuels, physiques et émotionnels étaient monnaie courante. Des milliers d’enfants ont disparu.

De nombreux dirigeants autochtones affirment que les restes découverts à travers le Canada sont la manifestation d’activités criminelles dans les écoles, allant de l’inhumation inappropriée à la négligence et au meurtre.

La commission nationale a trouvé des documents indiquant qu’au moins 54 élèves sont morts à l’Institut Mohawk, qui était l’une des écoles les plus anciennes et les plus anciennes du système lorsqu’il a finalement fermé ses portes en 1970.

Pourtant, ils se sont méfiés de permettre aux policiers d’enquêter sur les décès parce que, comme le disent RoseAnne Archibald, chef nationale de l’Assemblée des Premières Nations, et d’autres dirigeants, ils faisaient partie intégrante du système. Les agents ont arraché les enfants autochtones de leurs maisons et les ont livrés aux écoles. Ils ont également retrouvé les fugueurs des écoles et les ont ramenés.

« Il doit y avoir un examen pour déterminer si certains de nos enfants ont été assassinés », a déclaré le chef Archibald le mois dernier à Kamloops lorsqu’elle a demandé aux Nations Unies de nommer un enquêteur indépendant. « Le Canada doit être tenu responsable de ses lois et politiques génocidaires. Le Canada ne doit pas être autorisé à enquêter sur lui-même.

Ce sentiment de méfiance est aggravé par des antécédents documentés d’abus racistes à l’égard des peuples autochtones par des policiers, en particulier de la Gendarmerie royale du Canada, ainsi que par une tendance chez les policiers à négliger ou à minimiser les crimes commis contre eux.

La décision d’impliquer les forces de l’ordre dans la recherche de restes à l’Institut Mohawk n’a donc pas été facile à prendre pour la communauté mohawk.

Comme beaucoup de réserves en Ontario et au Québec, les Six Nations ont leur propre force policière. Bien que cette force soit l’une des rares à être entièrement composée d’agents autochtones — dont la plupart ont des parents qui ont fréquenté l’école —, elle manque de personnel, de compétences médico-légales, de budgets et d’autres ressources pour mener à elle seule la fouille et toute enquête criminelle.

« Nous avons besoin d’aide », a déclaré le chef Hill. « Nous sommes déjà sous-capacité, sous-financés à la Police des Six Nations. »

Le chef Hill a déclaré qu’après les découvertes à l’école de Kamloops, il a rencontré d’anciens étudiants de l’institut, ou des survivants comme ils préfèrent être connus, pour savoir si leur communauté devrait impliquer la Police provinciale de l’Ontario et, dans l’affirmative, comment.

Cette force avait récemment été enfermée dans une impasse parfois tendue avec sevLes Mohawks des Six Nations qui tentaient d’arrêter un projet de construction sur un terrain qui leur avait été transmis par la Grande-Bretagne en 1784.

Et en 2007, une enquête a critiqué la police provinciale pour avoir tiré et tué Dudley George, un Ojibwa de 38 ans, lors d’une manifestation contre la propriété de terres qui avaient été saisies à sa communauté et finalement transformées en parc.

Mais de nombreux survivants ont déclaré qu’il était important de déterminer comment les étudiants sont morts et qui était responsable, le cas échéant, même s’il est probable que des auteurs soient morts ou ne soient plus mentalement aptes à subir un procès en vertu de la loi canadienne.

« Ils ont dit : ‘S’il s’agissait d’enfants blancs, il y aurait immédiatement des policiers sur le terrain’ », se souvient Kimberly R. Murray, avocate et ancienne directrice exécutive de la commission nationale, à propos de ses premières conversations avec les survivants de l’institut.

Les survivants ont également déclaré que les étudiants décédés méritaient au moins la dignité d’avoir leurs tombes localisées.

Les Mohawks ont donc décidé de demander l’aide de la police provinciale, ainsi que du service de police de Brantford, en Ontario, la ville qui entoure l’ancienne école et qui est voisine de la majeure partie des terres des Six Nations.

Mais pour répondre à la méfiance de la communauté à l’égard de la police provinciale et d’autres organismes gouvernementaux, le conseil de bande des Six Nations a établi un « secrétariat des survivants » dirigé par Mme Murray, membre de la Nation mohawk kanesatake près de Montréal. Ce groupe a le dernier mot sur toutes les questions liées à la fouille des motifs.

La police provinciale a qualifié la collaboration de « recherche communautaire de sites funéraires » dans une déclaration au et a déclaré qu’elle offrirait son soutien en « établissant un modèle de grille pour la région et en effectuant des photographies aériennes » et en affectant un gestionnaire de cas pour aider.

Les deux systèmes « travaillent ensemble: les connaissances traditionnelles et les outils coloniaux », a déclaré Mme Murray le matin où les recherches ont commencé. Les équipes de recherche communautaires ont les connaissances, elles ont les compétences. La police a juste besoin de savoir comment travailler avec eux. »

L’une des premières actions de Mme Murray a été de nommer Beverly Jacobs, une Mohawk et professeure de droit, pour superviser le travail de la police du point de vue des droits de la personne, et d’autres surveillants pour s’assurer que la recherche et l’enquête sont conformes aux pratiques culturelles.

Mme Murray a déclaré que toute poursuite criminelle résultant de la perquisition serait probablement dans des années à venir. La perquisition elle-même pourrait prendre des années, puisque l’institut exploitait également une ferme de 500 acres et que les dossiers complets de l’école ont été difficiles à obtenir.

Une autre question est de savoir si les Six Nations décideront d’exhumer les restes pour les identifier au moyen de tests D.N.A. et déterminer la cause du décès – un prélude à la responsabilisation de quiconque devant les tribunaux. La question de savoir s’il faut exhumer les restes a été source de division dans de nombreuses communautés autochtones.

La seule autre communauté autochtone où la police est connue pour enquêter sur la disparition d’enfants des pensionnats est au Manitoba, où une enquête de R.C.M.P. qui a débuté en 2010 n’a pas encore produit d’accusations.

Le jour où M. Martin a regardé la police fouiller le terrain, Geronimo Henry, un autre survivant, a marché sur la propriété et a trouvé où il avait gratté son surnom, Fish, dans l’une de ses briques rouges. M. Henry a passé 11 ans à l’école après son arrivée à l’âge de 6 ans en 1942.

« Avec le radar, la recherche de tombes non marquées, cela fait partie de la vérité et de la réconciliation », a-t-il déclaré. « Les indigènes disent la vérité. Maintenant, c’est au gouvernement d’essayer de se réconcilier avec tous les torts. »

Awin