Home » Actualités » Cinq géants chinois gérés par l’État vont se retirer de la cote des bourses américaines

Cinq géants chinois gérés par l’État vont se retirer de la cote des bourses américaines


Cinq des plus grandes entreprises d’État chinoises, représentant des centaines de milliards de dollars de valeur marchande, seront radiées de la cote de la Bourse de New York dans les semaines à venir, ont annoncé les entreprises dans une vague de dépôts vendredi.

Trois des plus grandes entreprises énergétiques du monde, PetroChina, Sinopec et Shanghai Petrochemical, ont déclaré dans des déclarations séparées qu’elles demanderaient un retrait volontaire de la cote de leurs actions de dépôt américaines. Deux autres géants appartenant à l’État, l’assureur China Life et le producteur d’aluminium Chalco, ont également déclaré qu’ils cesseraient d’offrir leurs actions aux États-Unis, citant le fardeau administratif et les coûts liés au maintien des actions.

Les cours des actions des sociétés ont chuté en début de séance à New York vendredi, la plupart d’environ 3%. Ensemble, les sociétés ont une valorisation boursière combinée de plus de 300 milliards de dollars.

Les annonces sont intervenues dans un contexte de tensions croissantes entre Pékin et Washington, et d’un examen plus approfondi des sociétés chinoises cotées aux États-Unis à la suite d’une législation introduisant une surveillance plus stricte de ces entreprises adoptée par la Chambre des représentants en 2020.

Les législateurs américains se plaignent depuis longtemps que les entreprises chinoises ne respectent pas les mêmes règles que les autres sociétés sur les bourses américaines. Malgré des années de discussions, Pékin et Washington n’ont pas réussi à conclure un accord qui donnerait aux régulateurs américains l’accès à l’inspection complète des documents d’audit des entreprises chinoises cotées aux États-Unis.

Une cotation à Wall Street, avec sa base d’investisseurs profonde et son marché liquide, était autrefois considérée comme une position convoitée pour les plus grandes entreprises chinoises et une étape importante pour ceux qui aspirent à devenir mondiaux.

Mais les tensions entre la Chine et les États-Unis se sont propagées à presque tous les aspects des relations entre les deux pays, de la défense au climat et à la finance. Un voyage controversé la semaine dernière de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à Taïwan, que la Chine a revendiqué comme le sien, a encore enflammé la relation. Quelques heures après sa visite, Pékin a interrompu les pourparlers sur la coordination militaire, le changement climatique et d’autres questions.

Le régulateur du marché chinois a déclaré que ces mesures ne « mettraient pas en péril » les activités de collecte de fonds des cinq entreprises, ajoutant qu’elles pouvaient choisir parmi plusieurs marchés. Les sociétés conserveront leurs inscriptions à Hong Kong et en Chine continentale.

« Ces sociétés se sont strictement conformées aux règles et aux exigences réglementaires du marché des capitaux américain depuis leur introduction en bourse aux États-Unis et ont fait le choix de radiation pour leurs propres considérations commerciales », a déclaré vendredi la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières dans un communiqué.

Les cinq sociétés ont été ajoutées à une liste de sociétés chinoises qui ne respectaient pas les normes d’audit des régulateurs américains, décrites dans la loi Holding Foreign Companies Accountable Act adoptée en 2020.

Alibaba, le géant chinois du commerce électronique coté à New York, est une autre entreprise qui a récemment été ajoutée à la liste de plus de 270 entreprises. Lorsque la nouvelle de son ajout est apparue plus tôt ce mois-ci, ses actions cotées aux États-Unis ont chuté de 11%. La société a déclaré le mois dernier qu’elle chercherait bientôt une cotation primaire à Hong Kong, une décision qui permettrait à davantage d’investisseurs de Chine continentale d’y investir.

Didi Chuxing, la réponse de la Chine à Uber, a été parmi les premières entreprises chinoises à annoncer son intention de se retirer de la cote de la Bourse de New York à la fin de l’année dernière, signalant la fin d’une histoire d’amour pluriannuelle de mille milliards de dollars entre la Chine et Wall Street.

Awin