Home » Actualités » La bande de Gaza avant et après l’invasion israélienne, en images satellites et vidéo

La bande de Gaza avant et après l’invasion israélienne, en images satellites et vidéo


Il y a neuf semaines, la bande de Gaza abritait plus de deux millions de personnes. Aujourd’hui, les quartiers ont été rasés par les frappes aériennes israéliennes et les communautés agricoles ont été rasées au bulldozer par les chars d’invasion israéliens.

Des images vidéo et satellites capturées à la fin du mois de novembre et au début du mois de décembre révèlent une transformation dévastatrice dans une grande partie du nord de la bande de Gaza.


Le port de Gaza était autrefois une bouée de sauvetage pour l’industrie de la pêche de Gaza, avec un marché aux poissons à côté du rivage.

Mais aujourd’hui, toute la région est détruite.

Fadi Alwhidi via Storyful

Les images satellites montrent que les combats ont causé de lourds dégâts dans presque tous les coins de la ville de Gaza, bien au-delà de la zone portuaire. Une évaluation de l’ONU au début du mois de novembre a révélé qu’au moins 6 000 bâtiments avaient été endommagés et qu’environ un tiers d’entre eux avaient été détruits.

Les responsables israéliens ont juré de détruire le Hamas à la suite de l’attaque surprise du groupe le 7 octobre et ont depuis soumis Gaza à l’une des campagnes de bombardement les plus intenses du XXIe siècle.

De multiples cratères peuvent être vus sur la jetée, et des restaurants et des hôtels du front de mer ont été détruits par des frappes.

L’image satellite se déplace pour montrer la zone autour du port. Les restaurants et les hôtels sont visiblement détruits. Des cratères peuvent être vus sur la jetée.

Il s’agit de Rimal, autrefois l’une des zones les plus prospères de Gaza. Le parc Aljondy Almajhool est maintenant couvert de traces de chars et le bâtiment du Parlement palestinien a été détruit.

L’image satellite se déplace pour montrer Rimal. L’image montre que de nombreux bâtiments ont été détruits, y compris le bâtiment du Parlement palestinien. Des traces de chars peuvent être vues dans le parc Aljondy Almajhool.

Faites défiler pour voir avant et maintenant

Images satellites de Planet Labs

Avant la guerre, la rue Omar Mukhtar était la route principale de la ville de Gaza, avec des restaurants, des banques et des magasins de chaque côté du parc Aljondy Almajhool.

Aujourd’hui, la route est jonchée de gravats provenant de bâtiments détruits. Ceux qui sont encore debout sont lourdement endommagés.


Destruction le long de la côte

Le littoral de Gaza était autrefois une échappatoire pour les familles palestiniennes pendant les étés chauds avec de fréquentes coupures de courant.

Les plages sont maintenant désertes, à l’exception des chars et des bulldozers israéliens. La plupart des hôtels de grande hauteur qui offraient autrefois aux touristes des chambres avec vue sur la mer sont brûlés, leurs fenêtres soufflées.

Les dégâts sur le littoral de Gaza s’étendent jusqu’à la frontière nord, où les forces israéliennes ont envahi le pays le 27 octobre.

Des dizaines de maisons ont été rasées au bulldozer, et d’énormes monticules de terre ont été déplacés pour créer des bases temporaires pour les véhicules israéliens.

L’image satellite se déplace pour montrer d’autres bâtiments détruits. Des monticules de terre peuvent être vus autour des chenilles de chars.

De grandes serres ont été démolies, et des traces de chars et des cratères peuvent être vus à l’endroit où se trouvait auparavant une station balnéaire.

L’image satellite se déplace pour montrer une station balnéaire qui a été détruite. De grandes serres ont également été détruites, et des gravats sont visibles à l’endroit où elles se trouvaient auparavant.

Tout le front de mer a été rasé au bulldozer dans cette zone, et de grands cratères peuvent être vus à côté de gratte-ciel, dont beaucoup sont endommagés.

L’image satellite se déplace vers une zone où tout le front de mer a été rasé au bulldozer. De grands cratères peuvent être vus dans la terre ainsi que des bâtiments endommagés.

Images satellites de Planet Labs

Shati, initialement établi comme un camp de réfugiés en 1948, est devenu un quartier densément peuplé au nord de la ville de Gaza, près de la côte. Ses rues étroites, illustrées ci-dessous, abritaient 90 000 personnes avant la guerre.

Après avoir été frappés par de multiples frappes aériennes, les bâtiments s’effondrent et les rues sont jonchées de décombres.


Le coût de la découpure de Gaza en deux

Les forces israéliennes qui ont envahi Gaza par l’est ont effectivement séparé Gaza en deux et bloqué les routes allant du nord au sud. La zone autour de cette avancée subit certains des dégâts les plus concentrés.

Ce quartier est coupé en deux par des chenilles de chars, et des dizaines de ses bâtiments sont détruits. Des centaines d’autres sont endommagés, dont une université.

L’image satellite se déplace pour montrer d’autres bâtiments détruits. De lourds dégâts ont été causés à l’université d’Al-Azhar, ainsi que des chars dans la cour. Le défilement révèle une image satellite datant de quelques mois plus tôt, dans laquelle le chemin blanc qui divise Al-Mugharaqa n’existait pas.

Les terres agricoles sur toute la largeur de la bande ont été rasées au bulldozer et les routes principales ont été arrachées par le mouvement constant des chars.

L’image satellite se déplace pour montrer plus de bâtiments détruits, de terrassements défensifs, de chemins de terre et de véhiculesDe plus, il n’y a pas d Le défilement révèle une image satellite datant de quelques mois plus tôt, où une grande partie de la zone montrée était constituée de terres agricoles.

D’énormes cratères et des décombres sont tout ce qui reste dans certains quartiers.

L’image satellite se déplace vers et met en évidence plusieurs cratères, qui ne sont pas présents dans l’image satellite des mois précédents.

Images satellites de Planet Labs

La phase suivante

Ces images ne capturent qu’une fraction des destructions dans la bande de Gaza. Des évaluations récentes indiquent que plus de la moitié des bâtiments du nord de Gaza montrent des signes de dégâts.

De fréquents bombardements aériens ont également frappé le sud depuis le début de la guerre le 7 octobre, notamment à la mosquée Al Amin Mohamed, que l’on voit ici.

La mosquée, au nord-est de Khan Younis, a été détruite par une frappe aérienne israélienne au début du conflit.

Les forces israéliennes concentrent maintenant leur offensive terrestre sur Khan Younis, la plus grande ville du sud de Gaza, ce qui laisse entrevoir la possibilité que les destructions observées dans le nord de Gaza se reflètent bientôt dans le sud. Des responsables israéliens affirment que les dirigeants du Hamas y ont établi un bastion après avoir fui le nord.

Les centaines de milliers de civils qui ont reçu l’ordre de se réfugier dans le sud au début de la guerre se retrouvent à nouveau au centre du conflit. Les conditions humanitaires se détériorent rapidement, les Nations Unies avertissant que les abris sont bien au-delà de leur capacité, laissant de nombreuses personnes dormir dans la rue ou dans des terrains vagues.