Home » Actualités » Amnesty International estime que l’Ukraine « met les civils en danger » suscite l’indignation

Amnesty International estime que l’Ukraine « met les civils en danger » suscite l’indignation


Il était entendu qu’environ 30 000 à 40 000 personnes de la population d’avant-guerre de Lysychansk, soit environ 100 000 personnes, étaient restées sur place, assurant que les forces ukrainiennes partageaient parfois des immeubles d’appartements et d’autres structures avec des civils, dont beaucoup espéraient leur défaite.

Les Russes « ont bombardé l’école, l’école technique, le magasin ‘Silpo’, et plus encore », a déclaré Mykhailo, un habitant d’un complexe d’appartements à Lysychansk qui n’a donné que son prénom pour éviter les représailles. « Partout où l’armée ukrainienne s’installe, elle est bombardée et tout est détruit. »

Les responsables russes affirment ne pas attaquer les zones civiles, mais les enquêteurs ukrainiens et internationaux affirment qu’ils ont des preuves irréfutables du contraire. Et les politiciens ukrainiens et les défenseurs des droits de l’homme, ainsi que des universitaires internationaux, ont fait valoir que les soldats ukrainiens ont été largement forcés de défendre le territoire sous l’attaque russe.

« L’absence totale de positions, d’équipements ou même d’un seul soldat près d’une école, d’un hôpital, d’un jardin d’enfants, d’une église ou d’un musée ne les protégera pas des attaques russes avec de l’air, de l’artillerie, des chars, des munitions incendiaires ou des cassettes », a écrit Sur Facebook Roman Avramenko, directeur de l’ONG TruthHounds, qui enquête sur les crimes de guerre. « La présence de civils n’a jamais empêché les Russes d’attaquer ces objets. »

D’autres ont souligné les atrocités bien documentées que l’armée russe a commises dans les zones urbaines.

« Dans des centaines de villes et villages occupés, ce que nous avons vu à Bucha, Irpin, Gostomel se passe en ce moment », a déclaré Olha Reshetylova, de l’Initiative des médias pour les droits de l’homme, une organisation de défense des droits de l’homme, faisant référence aux banlieues de Kiev qui sont devenues synonymes de barbarie. « Par conséquent, je ne veux pas que l’armée ukrainienne quitte ma ville. »

Awin