Home » Actualités » Absent du voyage de Biden en Europe: une fin de partie pour la guerre et un gaz moins cher

Absent du voyage de Biden en Europe: une fin de partie pour la guerre et un gaz moins cher


MADRID – Le président Biden a lancé un sombre avertissement aux Américains après l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes en février: tenir tête au président Vladimir V. Poutine pourrait nuire à l’économie américaine. « Je ne prétendrai pas que ce sera indolore », a-t-il déclaré dans un discours prononcé dans la salle Est de la Maison Blanche.

Mais peu de membres de l’administration de M. Biden ont imaginé à quel point la guerre dans l’est de l’Ukraine pourrait souffrir de la guerre acharnée: colère croissante à propos de l’essence à 5 dollars le gallon, frustration croissante face à la hausse des coûts et des loyers des denrées alimentaires et opposition croissante à dépenser des milliards de dollars pour un conflit étranger sans fin en vue.

Lors des réunions du Groupe des 7 et de l’OTAN cette semaine en Europe, M. Biden et ses alliés ont martelé l’idée qu’ils doivent rester unis contre la Russie tout en traçant des lignes nouvelles et plus fermes contre ce qu’ils considèrent comme des pratiques économiques prédatrices de la Chine.

Mais les rassemblements ont également souligné les tensions profondes de la guerre sur les dirigeants et les consommateurs occidentaux en raison des coûts de l’énergie qui ont grimpé en flèche à la suite de sanctions sévères imposées à la Russie et qui pourraient encore grimper.

Malgré toutes les mesures prises par M. Biden et ses alliés pour contrer l’agression russe – y compris un chemin rapide vers l’admission à l’OTAN pour la Finlande et la Suède et un plan visant à plafonner le prix des exportations de pétrole russe – les dirigeants n’ont pas décrit la fin de la longue guerre d’usure.

M. Biden ressent déjà une chaleur politique à cause de sa réponse rapide à l’invasion de l’Ukraine. Sa volonté d’interdire les importations de pétrole russe peu après l’invasion a été suivie par des flambées mondiales des prix, qui ont sapé la confiance des consommateurs et menacé l’emprise des démocrates sur le Congrès lors des prochaines élections de mi-mandat. Les républicains ont essayé de blâmer les politiques du président sur l’énergie et le climat, mais l’invasion et la réponse de l’Occident à celle-ci sont les principales raisons de cette poussée.

Si la guerre s’éternise et que M. Biden échoue dans son plan visant à maintenir le pétrole russe à un rabais sévère, certains analystes disent que les prix du pétrole pourraient monter en flèche vers 200 dollars le baril, ce qui pourrait signifier 7 dollars le gallon de gaz ou plus – des prix qui, s’ils se maintenaient, nuiraient gravement aux espoirs de réélection de M. Biden.

Un conflit prolongé exigerait également que les États-Unis et leurs alliés trouvent des fonds supplémentaires pour l’aide militaire et autre à l’Ukraine, en plus des 40 milliards de dollars que le Congrès a déjà approuvés cette année. Pour l’instant, ce n’est qu’un petit groupe d’opposants qui remettent en question les dépenses, mais ce mécontentement pourrait se propager, fournissant une ligne d’attaque à l’ancien président Donald J. Trump, qui signale des plans pour une revanche avec M. Biden en 2024.

Ces courants rendent les prochains mois cruciaux pour M. Biden et sa coalition internationale enhardie – un fait que les responsables de l’administration ont commencé à reconnaître. Le conseiller à la sécurité nationale de M. Biden, Jake Sullivan, a déclaré aux journalistes en marge des réunions du G7 dans les Alpes allemandes que les alliés tenteraient d’aider les forces ukrainiennes dépassées à obtenir autant d’influence que possible dans la guerre avant l’hiver, car « un conflit acharné n’est pas dans l’intérêt du peuple ukrainien, pour des raisons évidentes ».

M. Sullivan et la secrétaire au Trésor Janet L. Yellen ont déclaré cette semaine que les responsables agiraient rapidement pour négocier et mettre en œuvre la myriade de détails non résolus du plafonnement proposé du prix des exportations de pétrole russe, promettant qu’il y aurait un soulagement pour les conducteurs de la pompe à essence si elle était mise en place. Mais de nombreux économistes et experts en énergie doutent qu’un plafond, qui n’a jamais été essayé à l’échelle mondiale comme celui-ci, puisse se mettre en place efficacement de sitôt. En privé, certains responsables de l’administration admettent que cela pourrait prendre jusqu’à la fin de l’automne, ou plus longtemps.

Les dirigeants européens ont lutté plus publiquement cette semaine avec la douleur de la guerre pour leurs citoyens, en particulier la disponibilité et le prix de l’énergie. Mais dans quelques discours limités en Allemagne et en Espagne, M. Biden n’a exprimé qu’une détermination inébranlable dans la cause de la dissuasion des agressions de M. Poutine.

Interrogé lors d’une conférence de presse à la fin du sommet de l’OTAN en Espagne sur la durée pendant laquelle les conducteurs américains pourraient s’attendre à continuer à payer des prix de l’essence plus élevés, M. Biden a été franc.

« Aussi longtemps qu’il le faudra », a-t-il dit, « la Russie ne peut en fait pas vaincre l’Ukraine et aller au-delà de l’Ukraine ».

M. Biden a également déclaré qu’il s’attendait à ce que son plan de plafonnement du pétrole aide les consommateurs. « Nous pensons que cela peut être fait », a-t-il déclaré. « Cela fera baisser le prix du pétrole et le prix de l’essence. »

Les données publiées jeudi par le département du Commerce ont montré que les prix affectés par la guerre, tels que ceux de l’alimentation et de l’énergie, a continué d’augmenter en mai, tandis que le taux de croissance des autres prix s’est stabilisé. M. Biden a blâmé M. Poutine.

« La raison pour laquelle les prix de l’essence sont en hausse est à cause de la Russie », a-t-il déclaré lors de la conférence de presse.

Au moins un soulagement temporaire pourrait être en route pour les automobilistes américains. Le prix national moyen a légèrement baissé au cours des dernières semaines, et les contrats futurs d’achat d’essence ont diminué beaucoup plus significativement, ce qui suggère que les stations-service pourraient réduire les prix en juillet. Mais de nombreux analystes disent qu’ils pensent que les prix pourraient à nouveau augmenter plus tard cette année, alors que l’interdiction européenne des importations de pétrole russe entre en vigueur, à moins que le plan de plafonnement des prix de M. Biden ne réussisse.

L’accent mis cette semaine par le président sur la guerre, l’inflation des prix de l’énergie et les menaces imminentes de la Chine est venu à l’exclusion de nombreuses questions qui ont dominé sa campagne de 2020 – et des controverses actuelles qui animent son parti chez lui.

Lui et ses collègues dirigeants ont rarement mentionné la pandémie de Covid-19. Les plans tentaculaires – et bloqués – de M. Biden pour de nouveaux programmes sociaux ont été mis de côté. Même le changement climatique a été relégué à de nobles promesses dans les forums publics plutôt qu’à des promesses concrètes d’action.

Proposer un plafonnement des prix n’est que le dernier exemple en date de M. Biden cherchant des solutions à la douleur des consommateurs causée par la guerre.

De hauts responsables ont également contacté le Venezuela – un allié russe qui fait l’objet de sanctions américaines depuis des années – au sujet de la pénurie d’approvisionnement en pétrole. L’administration a également demandé l’aide du président turc Recep Tayyip Erdogan pour déplacer les céréales hors d’Ukraine afin d’aider à atténuer les pénuries alimentaires.

Et le mois prochain, M. Biden se rendra en Arabie saoudite et rencontrera personnellement le prince héritier Mohammed ben Salmane, après avoir appelé à plusieurs reprises les Saoudiens et d’autres grands producteurs de pétrole à augmenter leur production. On a demandé jeudi à M. Biden s’il ferait pression sur le dirigeant saoudien de facto en personne pour une augmentation, bien qu’il ait déjà condamné le prince comme un « paria » en raison de l’assassinat brutal de Jamal Khashoggi, un dissident saoudien, en 2018. M. Biden a dit qu’il ne le ferait pas.

Néanmoins, l’impératif de répondre aux effets ondulants de la guerre a conduit M. Biden à au moins considérer ce qui aurait été autrefois impensable. Cela souligne la réalité pour le président et ses alliés : il y a peu de solutions à la situation actuelle qui ne comportent pas d’inconvénients.

Awin